Vin meursault - Domaine Matrot




Le domaine
Philosophie
Les vignes
Les vins blancs
Les vins rouges
Actualités
Trouver nos vins
Contact & Accès
Page d'accueil





English Version English Version  
 
 
Actualités
 

2014 : Encore une météo très difficile en côte de Beaune

Un orage de grêle a dévasté le vignoble fin juin.

Juillet est maussade, frais et pluvieux.

Heureusement, fin juillet et août sont magnifiques, ensoleillés mais pas trop chauds ce qui donnera des raisins bien mûres avec une acidité tartrique élevée.

Les blancs : un grand millésime. La petite récolte donne des vins très concentrés, riches avec des arômes de fruit intenses. Ronds, ils ont un superbe équilibre grâce à l’acidité tartrique qui leur donne une fin de bouche citron vert très appétente. Facile à boire jeune pour leur sensualité, leur superbe équilibre fera des 1ers Crus de grands vins de garde.

Les rouges : la vinification des rouges fut très compliquée par la grêle. Un travail de tri très sérieux nous a permis d’obtenir des vins élégants dans lesquels les fruits rouges ou noirs, suivant les terroirs, s’expriment généreusement. La structure tanique venant de raisins très mûrs est souple. La fin de bouche avec des notes de groseille apporte une fraicheur dynamique.

La majorité de ses vins seront à boire dans leur jeunesse (3 à 5 ans) pour leur côté gourmand. Le Meursault rouge et le Volnay Santenots, dévastés pour la troisième fois consécutive par la grêle, ont une concentration et une structure qui demanderont un peu de patience (5 à 10 ans) pour que les tanins se fondent et laissent s’exprimer tout le potentiel aromatique. 

2013 : Un autre millésime très compliqué en Côte de Beaune

Suite à un début de saison très chaud en mars et avril, le temps de mai et juin est devenu froid et pluvieux. La fleur se passe très mal à Meursault et la coulure engendre des pertes de 40% à 50% suivant les secteurs.

Un violent orage de grêle le 23 juillet dévaste une grande partie de la côte de Beaune.

De la mi-août à la mi-octobre un temps ensoleillé permet à cette faible récolte de mûrir correctement.

Les vendanges commencent le lundi 30 septembre.

Les blancs :Riches et ronds ils seront fruités et agréables à boire dans leur jeunesse. Des notes d’agrumes en fin de bouche leurs confèrent une structure et une longueur intéressantes.

Les rouges :Moins homogènes, ils ont été plus délicats à vinifier.

Le fruit et la fraicheur seront les qualificatifs de ce millésime. Les vins sont souples et faciles à boire. Ils seront sur nos tables rapidement, 2 à 5 ans selon le niveau d’appellation.

2012 : Une année compliquée

Une météo très défavorable, froid et pluie, durant toute la fleur a provoqué une forte coulure ce qui nous a donné une récolte très millerandée (raisin avec des baies très petites de 2 à 3 millimètres de diamètre alors que  la normale est à 5-7 mm).

L’été très humide accompagné de deux violents orages de grêle nous ont fait perdre 70 % de la récolte.

Début août le temps s’arrange, le soleil revient et sauve la petite récolte qui nous reste.

Nous avons commencé les vendanges le 19 septembre.

Les vins blancs sont riches et complexes, soutenus par une belle acidité.

Les rouges plus compliqués à vinifier après un tri sévère à la récolte sont des vins fruités, agréables à boire dans les 3 à 5 ans pour les villages et 5 à 7 ans pour les 1ers crus.

2011 : Une année à rebondissements

Un printemps précoce, d’avril à juillet  la chaleur et le soleil sont omniprésents, tout laissait pressentir à un millésime style 2003. Mais le mois de juillet automnal et l’installation d’un temps pluvieux réduit l’avance acquise depuis le début du cycle végétatif.

Aux périodes chaudes et ensoleillées succèdent des précipitations orageuses et un temps plus frais. Cette conjugaison de chaleur et d’humidité est propice à l’apparition de quelques foyers de pourriture dans le vignoble, mais la situation sanitaire reste bonne.

La vigne s’est finalement calée sur le millésime 2007. Une vendange précoce s’annonçait.

Thierry Matrot : « Les vendanges commencent le 29 août.  Le choix de la date de vendanges est alors le plus grand défi de l’année. Je dois composer avec maturité, état sanitaire et météo instable.

Ainsi, chaque parcelle est récoltée au moment idéal, suivant la seule logique de la maturité optimale.

Le soleil et le vent de septembre permettent de sécher les quelques foyers de pourriture et de vendanger une matière première de grande qualité. Grâce à un tri sévère à la vigne, seuls les raisins sains rejoignent les cuves ».

Les blancs : les notes fraîches d'agrumes s’allient au gras et à la minéralité persistante en bouche. Une belle longueur.

Les rouges sont riches, fruités et démonstratifs. Une belle maturité soutenue par des tanins fins et délicats.

2010 : Une météo difficile pour une qualité superbe

Une météo très défavorable, froid et pluie, durant toute la fleur nous a donné une récolte très millerandée (raisin avec des baies très petites de 2 à 3 millimètre de diamètre alors que la normale est à 5-7 mm). Août et septembre ensoleillés en a fait un des plus beaux millésimes de ces 30 dernières années. Nous avons commencé les vendanges le 21 septembre.

La récolte est petite mais la qualité superbe.

Les vins sont riches, intenses et complexes avec un équilibre parfait : maturité doublée d’une belle acidité.

Les vins blancs

Ce millésime concentré, de bonne maturité, les vins sont riches, puissants. 

En bouche, les premiers arômes de pêche blanche, amande et beurre frais sont suivis par les agrumes, citron vert et minéralité.

Equilibre, maturité, puissance sont les qualificatifs de ce grand millésime qui ravira les collectionneurs.

Les vins rouges

Les arômes de fruits noirs (mûre et myrtille) dominent le nez.

La bouche ronde est flattée par le pinot noir très mur qui reste frais.

Des tanins de belle maturité, structurés, sans dominer les saveurs fruités, les notes acidulées et fraiches apportent une belle longueur à ces beaux vins.

Faciles à gouter sur la toute jeunesse, ces vins vieilliront très bien.

Nous en parlerons certainement comme un grand millésime bourguignon.

2009 : Une météo exceptionnelle

Les conditions climatiques parfaites du printemps et de l’été nous ont permis de rentrer une vendange d’un très bel état sanitaire.

Nous avons commencé de vendanger le 9 septembre. En raison du violent orage de grêle de juillet 2008 les rendements dans les appellations régionales et les villages furent moyens. Heureusement, les rendements des 1er Cru étaient normaux avec une moyenne de 42-43 hectolitres/hectare dans les blancs et un alcool potentiel de 13 - 14%.

« Durant l’élevage les vins commençaient à être un peu réduits, j’ai donc bâtonné un peu plus que d’habitude car je ne voulais pas les soutirer.

J’étais un peu soucieux au début car je trouvais les vins un peu trop riches voire lourds mais après le soutirage avant mise en bouteilles ils se sont resserrés devenant plus fins et élégants. Le style me rappelle les 1999 même si ils sont plus structurés. Je les compare aussi aux 1979 en raison de la belle fraicheur que les 1979 avaient au même stade.

En fait, la comparaison la plus juste serait de dire que les 2009 ont la fraicheur des 1979 avec la maturité des 1999. »

Ce millésime solaire donne des vins riches et opulents, les arômes de pâtes de fruit pêche jaune les rendent plaisant à boire sur leur jeunesse mais leur structure en et la richesse en font de très beaux vins de garde.

Les vins de 2009 sont  ronds et généreux avec des arômes très flatteurs et un bon taux d’acidité pour la fraicheur en fin de bouche.

La Revue du Vin de France

2008: un millésime plein de surprises

« Le millésime 2008 a été très compliqué, le 10 Septembre je pensais que je ne ferais pas de vendanges. Il n’y a pas eu de printemps, ni d’été et une grande partie de nos parcelles a été violemment grêlée. 

Les vins nous ont également réservé quelques surprises pendant l’élevage, avec une fermentation malolactique très longue.

Cependant, les vins ont une belle structure. Les blancs sont riches, puissants, onctueux, sur des arômes d’agrumes et ont une belle longueur en bouche. Les rouges sont très caractéristiques du Pinot Noir, gourmand avec des arômes de fruits rouges et des tanins discrets. » Thierry Matrot

Nos vins commentés par la Presse Internationale:

Stephen Tanzer

Allen Meadows (vins blancs)

Allen Meadows (vins rouges)

Wine Spectator

 

Le millésime 2007 au Domaine Matrot

« 2007 est un millésime comme je les aime. Le climat tempéré du mois de septembre a conservé un bon niveau d’acide tartrique sur des arômes de fruits mûrs.

Ces vins bien structurés sont d'une grande pureté en bouche.

Vous attendrez 6 à 8 ans pour les meilleurs crus ou vous les boirez jeunes après un passage en carafe. Ils s'allieront avec une cuisine méditerranéenne à base de tomates, herbes et légumes de saison, ou encore avec un plat épicé au curry. Les vins vivifiants supportent parfaitement ces parfums exotiques. »

Thierry Matrot.

Télécharger nos notes de dégustation au format pdf.

Nos vins commentés par la Presse Internationale:

Stephen Tanzer

David Schildknecht pour Robert Parker

Wine Spectator

 

Dimanche 31 mai 2009,

Dégustation de cinq millésimes de Meursault Blagny 1er Cru et Blagny La pièce sous le Bois 1er Cru.

Télécharger nos notes de dégustation au format pdf.

 

Mardi 17 mars 2009 - Dégustation
Meursault 2004 ½ bouteille
Comparatif à l’aveugle bouchage bouchon – capsule à vis – Guala seal.
Mise en bouteille fin juillet 2005.

Bouchon liège :
Le nez est rond, riche et minéral. La bouche est élégante, légèrement réduit; puis, le fruit frais agrume et miel dominent, la fin de bouche très dynamique termine sur une note de citron vert.

Capsule à vis :
Très légère réduction au nez, minéral et fruit. La bouche très fraîche, de miel et fougère est ample, une note d’agrumes, citron vert. Très jeune.

Guala seal :
Nez un peu évolué cependant un peu serré. En bouche le vin est rond, miellé, cette bonne évolution manque un peu de fraîcheur et termine sur une saveur de pamplemousse.

Conclusion :
Ces trois vins ont des évolutions différentes, ma préférence ; bouchon liège, puis capsule à vis. Le synthétique donne une certaine austérité au style du vin. Un reproche l’évolution moins rapide pour le vin capsulé vis, mais à l’heure de l’oxydation prématurée, est-ce un problème ? Dégustation, annuelle jusqu’à la fin des échantillons (6 ans), à suivre…